Responsable: Guy LADAM, Professeur des Universités

L’équipe BIOMMAT (BIOmatériaux et Modèles Matriciels pour l’Adaptation Tissulaire) développe des revêtements de surface biofonctionnels dans l’objectif de contrôler les processus biologiques, notamment cellulaires, dans l’environnement des biomatériaux. La problématique de l’ostéointégration des implants orthopédiques et dentaires est particulièrement visée, par la promotion de la différenciation ostéogénique des cellules osseuses. Pour moduler les propriétés bio- et physicochimiques, topographiques et viscoélastiques des surfaces, auxquelles les comportements cellulaires sont soumis, l’équipe s’appuie sur des revêtements Layer-by-Layer (LbL) ou « multicouches de polyélectrolytes ».

La méthode LbL permet de construire à partir de solutions aqueuses des films composites ultraminces (nano- à micrométriques) à l’architecture contrôlée, fonctionnalisables et potentiellement biomimétiques. Applicable à des substrats de toute nature et de toute géométrie, cette méthode est fondée sur un principe d’auto-assemblage principalement électrostatique entre des polyélectrolytes de charges opposées. Les films LbL constituent une voie non agressive et polyvalente de confinement de molécules actives à la surface d’un matériau, telles que des biopolymères, des protéines, ou des composés bioactifs. Notamment, nous utilisons ces systèmes comme nanoréservoirs d’agents ostéogéniques hydrophobes, vectorisés par des dérivés de cyclodextrines. En collaboration avec l’équipe BRICS, nous y incorporons également des peptides antibactériens en vue d’enrichir leurs propriétés fonctionnelles. Nous développons par ailleurs des méthodes de rigidification des films LbL fondées sur des réticulants de toxicité réduite, tels que la génipine, afin de contrôler le microenvironnement mécanique des cellules.

Au-delà des surfaces modèles, l’équipe applique la méthode LbL sur des substrats originaux présentant des débouchés applicatifs. Ainsi, des méthodes de modification chimique et de nanostructuration de supports d’alliage titane et d’acier inoxydable par dépôt CVD de composés inorganiques ostéogéniques et/ou antibactériens sont mises en œuvre. Par ailleurs, en collaboration avec les équipes MPBM et SCC, des substrats tridimensionnels tels que des hydrogels et des membranes asymétriques biorésorbables présentant une macro- et microporosité interconnectée propice à la colonisation cellulaire et à l’irrigation par les fluides biologiques, sont élaborés à partir de polymères biocompatibles et/ou biologiques, à des fins de régénération ostéochondrale

Adresse

Laboratoire Polymères, Biopolymères, Surfaces,
UMR 6270 CNRS, Université de Rouen,
Bâtiment CURIB,
Place Emile Blondel,
F-76821 Mont Saint Aignan CEDEX

Voir les publications Voir les thèses

Financeurs et Partenariats

Tenez-vous au courant de l’actualité